Alatsinainy 27A – (Lk 10, 25-37) – 05/10/2020

« Ary indro mpampiana-dalàna anankiray nitsangana haka fanahy azy ka nanao hoe: Tompo ô, inona no hataoko hahazoako ny fiainana mandrakizay?
Dia hoy Jesoa taminy: Inona no voasoratra ao amin’ny Lalàna ary ahoana no famakinao azy?
Ary namaly izy ka nanao hoe: Tiavo ny Tompo Andriamanitrao amin’ny fonao rehetra sy ny fanahinao rehetra, sy ny herinao rehetra, ary ny sainao rehetra, ary ny namanao tahaka ny tenanao.
Dia hoy Jesoa taminy: Marina ny navalinao, manaova izany dia ho velona hianao.
Fa nitady hanamarin-tena ralehilahy ka nanao tamin’i Jesoa hoe: Iza àry no namako?
Ary hoy Jesoa taminy: Nisy lehilahy anankiray nidina avy tany Jerosalema ho any Jerikao, azon’ny jiolahy, ka nendahany ny lambany, nokapohiny ny tenany ary saika maty vao navelany.
Dia nisy kosa mpisorona anankiray nidina tamin’izany làlana izany ka nahita azy, nefa nandalo ihany.
Toy izany koa ity levita anankiray izay tonga teo, nahita azy, nefa nandalo ihany.
Fa nisy kosa Samaritana anankiray nivahiny tonga teo aminy, ka nangoraka nony nahita azy.
Nanatona azy izy, dia namehy ny feriny ary nanisy diloilo sy divay azy, vao nampitaingina azy ny soavaliny, sy nitondra azy tany an-tranom-bahiny ka nitsabo azy.
Nony ampitso, dia naka denie roa izy ka nomeny ny tompon-trano, ary nataony hoe: Tsaboy izy, ary na hoatrinona na hoatrinona laninao mihoatra noho ireny, dia honerako rahefa miverina aho.
Iza amin’izy telo lahy no ataonao ho naman’ilay azon’ny jiolahy?
Dia hoy ilay mpampiana-dalàna: Ilay niantra azy. Mandehana àry, hoy Jesoa taminy, ka manaova toy izany koa. »

 

« Tu aimeras ton prochain comme toi-même ». Le terme « prochain » peut avoir plusieurs définitions : proche, ami, concitoyen.

 

Cette parabole interpelle sur cet étranger que le prêtre et le lévite ont évité, ignoré pour définir le prochain. Il n’est donc pas question de qui nous sommes proches mais plus largement de toute personne avec qui nous vivons ou que nous risquons de rencontrer sans considération de race ou de religion. Nous sommes donc tous les prochains les uns des autres.

 

Au delà du cercle de nos proches, nous croisons ou entendons parler des sans-abris, des migrants, d’orphelins, etc. Alors, comment aider la terre entière ? Ce n’est tout simplement pas possible car nous avons des capacités et des ressources limitées.

Nous avons donc tous été le prêtre ou le lévite mais prions humblement que le Saint Esprit ôte nos œillères et nous permette de faire notre part du colibri auprès de cet étranger dans la détresse.

Nous pouvons aussi méditer et nous identifier à cet étranger qui a été victime de la méchanceté des brigands et de l’indifférence des hommes mais qui a aussi connu un geste de miséricorde. Malgré toutes les épreuves, nous avons tous de temps en temps connu un geste de miséricorde. Tentons de nous remémorer ces gestes et aimer celui qui en a été l’auteur. Ainsi, nous pouvons en faire notre prochain et l’aimer.

Ulrick

  •  
  •  
  •